Enfin, les voilà, les princeps rosso sont enfin terminés. On y croyait plus, mais c'est fait. Il faut dire qu'il y avait des priorités domestiques à accomplir, alors dans un soucis de sérénité et de plénitude conjugale, les nécessités n'étaient pas à l'épanouissement artistique de votre serviteur, quoi que mes portes de placard doivent penser le contraire...

Donc voici l'unité de princeps de ma troisième légion primitive pour De Sumer à Constantinople. Trois socles d'infanterie lourde, placés au second rang de ma légion "rosso". "Princeps" car dans les temps plus anciens, ils occupaient le premier rang, le terme fut conservé malgrès le changement de position.

Scutum, lorica armata, casque latino-celte "montefortino", gladius, pilum etc etc... ils possèdent la panoplie complète ces gars là. Et ils bougent à 15 centimètres, bref une bonne mobilité alliée à une force de frappe non négligeable. Le défaut : la fragilité. En effet, contrairement à la légion manipulaire, il n'y a pas de rang arrière dans la formation primitive, tiens cela me fait penser que je devrais faire un article sur la légion manipulaire, vu que j'ai prévu de la jouer aussi, bon, les boucliers ne seront pas tous de la même couleur mais bon, en attendant de peindre les complément, ça passera, bonne idée ça... 

20190802_110843

 

20190802_110901

Vous avez évidemment remarqué qu'il manque un élément : le vexillum. Oui, il n'est pas encore réceptionné par les ateliers mais cette omission sera corrigée, soyez-en assuré.

Vous aurez également observé que depuis le début de mes articles sur les romains, les tuniques de mes légionnaires ne sont pas brunes. C'est tout à fait normal, et oui cette teinte ne fut adoptée qu'après les victoires sur les royaumes hellénistiques au IIe siècle avant J-C. En effet, en hommage au tuniques brunes des phalangistes macédoniens, les romains adoptèrent cette teinte fort symbolique à l'époque. Les macédoniens l'avaient eux même adoptée sous Philippe II - le père d'Alexandre le Grand - en hommage aux spartiates qui en étaient vêtus, une filiation uniformologique avant l'heure en quelque sorte. La couleure brune fut conservée par les romains jusqu'au IVe-Ve siècle dans les unités d'élite notemment, les légionnaires ordinaires semblent l'avoir délaissé à partir de la réforme de Dioclétien/Constantin.

20190802_110906

20190802_110923

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vue de dos ne sera jamais celle que vous verrez en temps normal, alors profitez-en !

Le princeps, c'est bien mais accompagné c'est mieu, alors voici les aînés et leurs petits frères hastatii, déjà présentés précédemment. En tout cas cette légion avance bien, prochain objectif la concernant : les vélites et autres rorarii, cinq plaquettes d'infanterie légère, soit dix figurines. Bien entendu, toutes les figurines proviennent de chez Xyston Miniature, cela va de soit.

20190802_111035

20190802_111123

 

 

 

 

 

 

 

  

Vanitas, vanitae, vanitatum ! Les stars d'aujourd'hui sont au premier rang au lieu du second...

 

20190802_111253

De flanc

20190802_111718

Une boîte qui se remplit

 

Et voilà, au prochain épisode nous revenons à quelquechose de plus récent : le 2e régiment de hussards autrichiens en 1866. A oui, j'ai aussi sorti deux phalanges athéniennes en vue d'une "rénovation soclage", là aussi nous approchons de l'épilogue, manquera plus que deux autres phalanges et mon armée athénienne sera entièrement embellie... émotion.

A plus et ludiquement vôtre.

Consul Fabriçius