Aujourd'hui, bonne fête du travail à tous ! Par conséquent, je vais vous en présenter du travail, il y en à ! Va falloir s'atteler à la lecture les p'tits gars !

Depuis le mois d'octobre vous le savez, l'armée du Main de la Guerre autro-prussienne est en chantier. La brigade von Kummer vous a déjà été présentée lors du premier billet sur "Mon projet à moi - Battle-Cry 1866 ou la Guerre de sept semaines". Ici, je vais essentiellement continuer avec la brigade d'infanterie von Wrangel, la brigade de cavalerie von Treskow et l'artillerie divisionnaire, le tout formant donc l'ensemble des troupes sous les ordres du fameux von Goeben déjà mentionné précédemment.

 

Von Goebenvon Goeben, un de nos bourreaux...

 

SMSGoebenLe Croiseur-cuirassé éponyme

Pour le côté "Kultur", ce Croiseur-cuirassé fut à l'origine de l'entrée en guerre de l'Empire ottoman au côté des puissances centrales en 1914. Il était accompagné d'un autre croiseur le "Breslau". Leur équipée est restée célèbre, d'Italie il appareillèrent en août 1914 pour l'Algérie où ils retardèrent l'embarquement de 30 000 hommes de l'Armée d'Afrique vers la métropole. Ils échappèrent ensuite aux flottes françaises et britanniques pour se réfugier en Turquie où ils furent enfin donnés avec leur équipage à l'Empire ottoman ! L'amiral Souchon, le commandant de cette Division navale devint même le commandant en chef de la flotte ottomane et parti en mer Noire s'occuper de bombarder les côtes russes ! Cela eu pour conséquence la déclaration de guerre des alliés de la Triple Entente et les ottomans se retrouvèrent ainsi alliés des empires centraux.

Bon, je m'égare, revenons à nos saucisses.

20190422_143955

20190422_143945Brigade von Wrangel

Cette brigade est constituée des 15e et 55e Infanterie-Regiment accompagnés d'un bataillon de fusillés de la principauté de Lippe, alliée à la Prusse et formant l'infanterie légère de la division. Le 15e régiment est au second rang, le 55e au premier. Ils se distinguent de l'autre brigade par des pattes d'épaules différentes : bleues ciel passepoilées de blanc, au lieu de noires passepoilées de bleu ciel chez von Kummer. Les fusiliers quand à eux, possèdent la même tenue que les jägers prussiens, hormis la marque nationale sur le shako (pompon jaune avec le centre rouge, plaque métalique argent sur la face du dit shako) et la couleure distincive noire passepoilée de rouge.

20190422_143717la belle ligne de 7 000 hommes !

Et oui, une plaquette égal 1 000 hommes, les bataillons sont gras à l'époque.

General von Wrangelportrait de von Wrangel

La 13e Division fait partie du VIIe Armee-Korps est n'est pas une division "combinée" comme les autres divisions prussiennes de l'armée du Main. En effet, les autres divisions sont constitées en majorité par l'amalgame de plusieurs unités appartenant à des Corps d'Armées différents et provenant aussi de contingent alliés d'Allemagne du Nord. Cette division a donc une forte cohésion, ses chefs ont l'habitude de travailler ensemble hormis ceux du bataillon de fusiliers, qui, venant d'une Principauté alliée, a été ajouté dans l'ordre de bataille.

 

20190422_143845Brigade von Kummer en ligne, déjà présentée

General von Kummerportrait de von Kummer

 

Ces deux brigades d'infanterie sont accompagnées d'une brigade de cavalerie sous les ordres du général von Treskow. Elle est constitée des 4e Cuirassiers et 8e Hussards.

Il est à noter que l'ensemble de ces unités (hormis les chasseurs), sont issues du VIIe Armee-Korps, elles sont westphaliennes et donc provenant de la partie Ouest du royaume.

20190422_144111hussards, dolman bleu et distinctive bleu-ciel (Prussian FPW Hussars de chez Old Glory 15 mm)

20190422_144145cuirassiers, distinctive orange, ça flashouille sur le blanc !

20190422_144222Brigade de cavalerie au complet

von Treskowvon Treskow

 

Enfin, l'artillerie divisionnaire, ici des pièces Krupp à chargement par la culasse. Les "pickelhaube" (casques à pointe) n'ont ici pas de pointe, mais une boule pour éviter les accidents lors de la manoeuvre des pièces. Toujours faire attention aux boules quand on manoeuvre sa pièce (je ne pouvais pas ne pas la faire, je sais, c'est navrant, il ne faut pas, non il ne faut pas !).

20181111_184036

20190105_193230Deux belles pièces non ?

 

Il fallait la faire (aussi)...

...alors la voici la plaquette de von Goeben lui même, j'espère que la figurine lui ressemble, en 15 millimètres ce n'est pas forcément évident ! Avec ses petites lunettes, sa moustache et ses cheveux brun, je l'ai fait sans le brassard blanc. Hanovrien de naissance, il s'engage à 17 ans dans l'armée prussienne puis part guerroyer comme officier en Espagne pendant la guerre civile (Première Guerre carliste). Rentré en Prusse, il se lie d'amitié avec von Moltke, son supérieur hiérarchique au sein de l'état-major du IVe Armee-Korps. Il repart en Espagne et participe à l'expédition du Maroc en 1860 puis commande une brigade pendant la guerre des duchés (contre le Danemark). Bref, un officier d'expérience. Il commandera le VIIIe Corps puis la 1ère Armée pendant la guerre franco-prussienne.

20181230_143148

20181230_143210

20181230_143226

Pour terminer la présentation de cette Division von Goeben, vue d'ensemble des éléments constituant l'unité.

20190422_144251

20190422_144301

Et voilà, vous me direz quoi ? Enfin ce que vous en pensez. La seconde Division est en cours, mais comme entre-temps j'ai reçu de l'autrichien, je me consacre à ces derniers avant de me remettre sur le prussien, on appel ça la parité. Et la parité c'est important dans la vie !

Ludiquement vôtre.

Rittmeister von Fabritz